Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

De passage...

Bonjour!

Bienvenue sur ce blogue dans lequel je vous propose des coups d'oeil éclectiques, au fil de mes humeurs et de mes occupations, des vignettes sur la société japonaise, une incitation au voyage virtuel, j'espère, mais aussi un outil d'adaptation pour ceux qui franchissent le pas et viennent nous retrouver ... à Nagoya!

 

 

Retour à la page d'accueil

24 janvier 2009 6 24 /01 /janvier /2009 08:55
Déjà un an que je vous présentais quelques moyens de mettre toute la chance de son côté en cette période cruciale de concours d'entrée dans les universités. Vous pouvez vous rafraichir la mémoire  ICI et .
 
Le BAC, ou 'center-shiken'  avait lieu le week-end dernier. Pour les 'nouveaux' au Japon, virtuellement ou pas, petite initiation culturelle: les examens nationaux ou de portée générale ont lieu les samedis, dimanches ou jours fériés.
Le BAC se passe sur deux jours, en général le troisième week-end de janvier. Le premier jour, le samedi, on passe les matières littéraires, japonais, anglais, histoire-géo; le deuxième jour, le dimanche, les matières scientifiques, maths, physique, chimie, biologie.

Le système universitaire japonais fait exister deux réseaux en parallèle: le public et le privé. Dans chaque réseau, les universités sont classées par niveau. On peut donc forcément trouver chaussure à son pied. Par contre, qu'elle soit privée ou publique, plus l'université est prestigieuse, plus les chances de trouver du boulot après ses études sont grandes.

Le center-shiken est une sorte de barrage, à l'issue duquel on obtient un certain nombre de points avec lesquels on va se présenter aux concours individuels des universités. Dès les épreuves terminées, on fait soi-même l'addition de ses points grâce aux réponses distribuées  aux candidats.
-Pour les universités publiques, il faut impérativement passer toutes les épreuves du 'center-shiken', puis en fonction du nombre de points obtenus, on postule dans l'université dont le niveau paraît le plus adapté. On ne peut postuler que dans UNE université d'état, et UNE université préfectorale ou municipale (toutes publiques), donc il faut bien évaluer ses chances. Il y a ensuite un premier concours, grâce auquel les universités prennent un certain nombre de candidats, puis un deuxième en mars pour combler les vides. En effet les étudiants postulent souvent dans plusieurs universités, car en ce qui concerne le privé, il n'y a pas de limites au nombre d'inscriptions (sinon, financière, puisque passer un concours à une université privée coûte 35 000 yens soit près de 300 euros au taux de change actuel)
.
-Pour les universités privées, on peut quelquefois utiliser les résultats du 'center-shiken' , auquel cas on choisit trois ou quatre matières seulement (par exemple pour des études littéraires: japonais - anglais - histoire-géo) mais la plupart du temps on passe les concours directement auprès du département que l'on veut intégrer. Certaines universités proposent des sortes de formules 'tout en un' ou, avec une seule inscription, on peut se présenter à plusieurs départments.

Bref, les examens scolaires et universitaires, c'est un vrai business! et il ne faut donc pas lésiner pour s'attirer les meilleures ondes positives possibles.

Alors, alors.... qu'en est-il de ces petites douceurs qui vont nous donner ce coup de pouce indispensable???

KitKat a cette année, ce produit:
Le bloc de KitKat, 'maru-kajiri' c'est à dire que l'on doit manger d'un seul trait, et qui fait référence à cette pratique du début février: voir
ICI.

Bon, ce n'est pas gigantesque, rassurez-vous.....236 calories pour 45g environ de sucrerie chocolatée!

Plus diététique,  la préfecture d'Aichi, quatrième au niveau national en ce qui concerne la production de fraises, a lancé en 2007  une variété de fraises appelées 'YUMENOKA' autrement dit un diminutif qui signifie'yume-no-kanau'...'qui fait se réaliser les rêves'.

Les producteurs mettent l'accent sur la quantité de vitamine C contenue dans cette variété, un élément indispensable pour lutter contre grippe et autres rhumes en forte augmentation à cette période de l'année!
Pour la petite histoire, la superficie plantée en YUMENOKA est de 16 hectares, alors que les trois autres principales variétés cultivées dans la région (TOCHIOTOME, AKIHIME et BENIHOPPE), couvrent 145 hectares.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

sissi 29/01/2009 00:02

Tres instructif, merci:-)5 a 7 jours de vacances, voila une chose qui provoquerait des greves eternelles en France!

Hélène 25/01/2009 05:10

Ol Korrect !

Baiya:0091: 25/01/2009 05:33


Tout ce que je peux rajouter c'est qu'on bénit les Dieux de ne pas être des lycéens japonais !


Helene 25/01/2009 04:00

Et que le ciel ne nous tombe pas sur la tête !
Personnellement, je ne suis pas du tout d'accord qunad tu appelles BAC le center. Tu le sais aussi (mieux) bien que moi, passer le center n'est obligatoire que pour entrer dans une université publique et toutes les universités privées proposent leur examen d'entrée. On peut donc entrer dans une université privée en passant le center ou/et en passant l'exament de l'université en question.Tous les examens d'entrée aux différentes universités privées peuvent concourir à cette l'appellation de BAC.
D'autre part, quid des étudiants qui entrent à l'université (privée seulement) par recommendation ou par AO (créé par la prestigieuse université privée Keio) ? Tu trouves ça nul, je sais, mais ils sont nombreux et une fois entrés, ils sont absolument égaux à leurs petits copains entrés par examen, center ou autre.Tout étudiant japonais qui EST ENTRE à l'université possède, pour la France l'équivalent du BAC. Le center n'est qu'une des multiples façons de pénétrer dans ce lieu saint.

Baiya:0091: 25/01/2009 04:54


Ma chère Hélène, le propos de mon billet (incomplet forcément) était de présenter des friandises censées porter chance...non pas de faire une thèse sur le systéme
éducatif...des centaines de pages ne suffiraient pas

Il se trouve que le center-shiken, dont l'équivalent le plus facilement compréhensible pour un public français reste quand même le BAC, ne serait-ce que par le nombre de matières à passer (tout à
fait différent des concours directs aux facs privées), a eu lieu la semaine dernière et que c'est un peu avant cette date fatidique que l'on commence à trouver des aliments porte-chance dans les
rayons des grandes surfaces.

Après avoir dit cela, tout ce que tu ajoutes est évidemment correct et je pense que Dominique (en particulier) appréciera ces précisions. Je crois que c'est très clair dans mon billet que l'on n'a
pas besoin du Center pour se présenter aux concours des universités privées.

Et justement, en ce qui concerne ces dernières et les étudiants qui rentrent par recommandation, un système inspiré du système américain, réservé aux étudiants bons en sport outre-pacifique, je
peux même ajouter que dans les universités privées ils forment environ 50% du contingent. Mon opinion concernant ce système n'est pas neutre puisqu'en France, on a la culture de l'examen et que je
trouve que sélectionner des étudiants sur les résultats d'un contrôle continu pendant les trois années de lycée, et n'ajouter qu'une petite rédaction et une entrevue, pointe du doigt un problème
majeur: la non-objectivité par rapport à des copies écrites, anonymes,  dans plusieurs matières.

Ceci étant dit il y a aussi un autre point que je pense être problèmatique au Japon: le fait que pour rentrer dans une université publique, tu doives passer 9 matières alors que dans une université
privée, 3 au plus 4. Je parle en connaissance de cause puisque ma fille aînée est dans une université privée et que la deuxième prend le même chemin.
Peut-être que si elles avaient mangé plus de fraises ou de KitKat, elles auraient eu le courage de se présenter à des facs publiques, qui sait


Dominique 25/01/2009 00:47

Merci pour ce très intéressant billet. Il me semble que les études sont accessibles à tous. Je ne me rend pas compte du niveau de vie. Je me trompe peut être. En tous cas j'en connait une qui semble très intéressée... Quand à moi, impardonnable gourmand je croquerais bien dans une de ces fraises !

Baiya:0091: 25/01/2009 05:03


Hum....certainement un grand nombre de lycéens vont en fac (environ 50%) et il y a aussi des IUT et autres formations courtes, donc les gamins qui cherchent du
travail en sortant du lycée sont en nombre de plus en plus réduit (a fortiori, encore moins nombreux en sortant du collège....). On peut dire que les études sont accessibles en principe, mais
heureusement qu' il y a des prêts, des bourses etc.... car en fait éduquer son enfant au Japon coûte cher, très cher quand même.
Malheureusement les gens sont évalués en fonction de leurs  niveaux d'études et après, en fonction de l'institution éducative dont ils sont sortis (puisqu'il y a une différence de niveau d'une
université à l'autre). Bref, tout est extrêmement canalisé et normé et cela explique ce dont on parle beaucoup en occident: le stress et la pression liés à la préparation et au passage de ces
fameux examens qui peuvent commencer aussi tôt que la maternelle dans des villes comme Tokyo.


Montana 24/01/2009 18:11

Je suis toujours surpris par tes articles qui font découvrir plein de choses. Maintenant que je sais ce qu'est une pantière, j'espère pouvoir passer mon BAC touriste au Japon en mars prochain :))C'est marrant que ça se passe en cours d'année plutôt qu'à l'approche de l'été. Ce qui m'amène à la question suivante. Existe-t-il une période préférencielle au Japon pour partir en vacances ?Pour en revenir à ces examens, je trouve que le système est plutôt bien fichu car ça évite de chercher une fac alors qu'on n'a même pas encore le diplôme, ou alors pour les retardataires après le BAC mais en pleines vacances estivales. De plus, je vois que l'obtention du BAC ne garantit pas pour autant l'accès à l'université because les concours.

Baiya:0091: 25/01/2009 03:40


Merci Montana pour ton commentaire qui me fait réaliser qu'il aurait fallu que je donne des infos complémentaires.
En effet, l'année scolaire et universitaire commence en avril au Japon. Les plus 'longues' vacances sont prises en été (5 semaines jusqu'au lycée, deux mois pour les facs), donc au milieu de
l'année scolaire. Les concours d'entrée en fac et dans les lycées (oui, il y en a aussi pour les lycées car l'instruction obligatoire n'est assurée que jusqu'à la fin du collége), ont donc lieu en
février et mars. Cela concerne les troisièmes années de lycée qui n'ont donc plus cours après le bac. Les autres scolaires ont cours jusqu'à la mi-mars et recommence une nouvelle année vers le 7
avril...autrement dit pas de 'grandes vacances' entre deux niveaux.
Les facs sont en général en vacances à partir de début février jusqu'à début avril.

En ce qui concerne la prise de vacances par la population en général, un Japonais te dira 'je pars en vacances' et si tu l'interroge tu seras surpris qu'une escapade de deux ou trois jours EST
considérée comme des vacances. Les Japonais qui travaillent ont trois périodes privilégiées pour prendre des vacacances: la Golden Week, fin avril-début mai, le Bon, < la mi-août, et le
Shôgatsu, autrement dit autour du jour de l'an.
Les Japonais ont droit à beaucoup moins de congés payés qu'en France et très souvent ne les prennent pas entièrement. Ceux qui le peuvent partirons au maximum pendant 5 à 7jours si, grâce à la
place de jours fériés, tout se goupille bien.