Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

De passage...

Bonjour!

Bienvenue sur ce blogue dans lequel je vous propose des coups d'oeil éclectiques, au fil de mes humeurs et de mes occupations, des vignettes sur la société japonaise, une incitation au voyage virtuel, j'espère, mais aussi un outil d'adaptation pour ceux qui franchissent le pas et viennent nous retrouver ... à Nagoya!

 

 

Retour à la page d'accueil

26 septembre 2008 5 26 /09 /septembre /2008 07:49



On peut voir les premiers kakis dans les rayons des supermarchés.


 Il en existerait environ un millier de variétés mais on en trouve en général trois ou quatre seulement sur les étalages. Les kakis se consomment frais ou séchés, les variétés à sécher étant immangeables fraiches. La consommation de kakis séchés est attestée depuis l'époque Heian alors que les kakis que l'on consomme frais ont été développés pendant l'ère Meiji, grâce à des greffes d'espèces permettant de se débarasser de l'amertume naturelle du fruit. Le kaki est riche en vitamine C, en carotène et en potassium.

Le premier importateur de kakis japonais est la Thaïlande, suivi par Taïwan et Hong Kong.
Aichi est le sixième producteur de kaki du Japon (après les préfectures de Wakayama, Nara, Gifu, Fukuoka et Fukushima) mais la ville de Kôta au sud-est de Nagoya, monopolise pratiquement la culture de la variété 'pinceau' ou 'fude-gaki'.



La caractéristique du fude-gaki est une chair croquante piquée de brun (que l'on appelle 'kuroi-goma' , ou 'sésame noir'....).

Cette année la récolte devrait atteindre 1000 tonnes une augmentation de 20% sur 2007.

J'achète quelquefois cette variété, mais elle se prête mal à la manière de manger le kaki que j'affectionne. J'aime en effet attendre qu'ils soient très mûrs, les ouvrir en deux et les déguster à la petite cuillère!

Partager cet article

Repost 0
Published by Baiya - dans Le savez-vous
commenter cet article

commentaires

Fabrice 09/10/2008 15:41

Pour ma part, je suis un inconditionnel du fudegaki, ça me fait donc bien plaisir de voir un article lui être consacré. Mais je ne vais pas jusqu'à faire comme mon épouse ou ma belle-mère, qui les mangent avec la peau.

Fabrice 09/10/2008 15:39

Pour ma part, je suis un inconditionnel du fudegaki, ça me fait donc bien plaisir de voir un article lui être consacré.

scrapojapon 29/09/2008 09:30

Les kakis frais, même bien mûrs, je n'ai jamais pu. Par contre, séchés, et c'st une découverte que j'ai faite au Japon, j'adore!

Myriam 29/09/2008 07:58

J'ai été tentée plusieurs fois sur mon marché par des kakis, espagnols en général, mais chaque fois c'est une grande déception, ils sont vraiment plutôt âpres... Au Japon je les adorais, plutôt croquants, pas trop mûrs peut-être, mais je ne connaissais pas tous ces noms...Bises

Mimisan 28/09/2008 05:40

Merci pour toutes ces précisions. Tu es un vrai puits de science! Voilà ce que c'est que de ne pas être analphabête (ou je devrais fabriquer le mot"anakanji"?) :lol:Pour le kaki, on n'a pas tout à fait le même goût. Je préfère le tanenashi à manger mur mais ferme.Gros bisosu pour ce dimanche un peu sombre si c'est comme à Tokyo.