Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

De passage...

Bonjour!

Bienvenue sur ce blogue dans lequel je vous propose des coups d'oeil éclectiques, au fil de mes humeurs et de mes occupations, des vignettes sur la société japonaise, une incitation au voyage virtuel, j'espère, mais aussi un outil d'adaptation pour ceux qui franchissent le pas et viennent nous retrouver ... à Nagoya!

 

 

Retour à la page d'accueil

17 mai 2008 6 17 /05 /mai /2008 15:56
L'effondrement de plusieurs établissements scolaires au Sichuan, en Chine, et l'ensevellissement de centaines d'enfants sous les décombres a motivé la publication dans le journal Chunichi d'aujourd'hui du degré de résistance anti-sismique des écoles élémentaires et collèges publics du pays.
L' échelle actuelle d'évaluation de la force des séismes prévoit à partir du niveau 5 une division en deux sections, inférieure et supérieure. En avril 2007, le ministère de l'éducation avait passé en revue 130 000 bâtiments scolaires et avait conclu que 40% d'entre eux seraient incapables de soutenir un tremblement de terre de force 6-supérieure sans dégâts et qu'en fait 20% s'effondreraient complètement sous le choc.
Certaines préfectures et villes se sortent mieux que d'autres de cette enquête:
75,2% des bâtiments scolaires de section élémentaire et collège de la préfecture d'Aichi et 97,2% de ceux de Nagoya intra-muros seraient capables de soutenir une telle secousse.
En ce qui concerne les lycées publics, 60,9% des bâtiments seraient aux normes, contre 78,2% pour les établissements scolaires destinés à l'éducation spécialisée (handicapés mentaux et physiques).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Mimisan 18/05/2008 19:42

Oui, j'ai remarqué ça moi aussi aujourd'hui...

bcg 18/05/2008 14:47

En effet, la commune d'Arette, est située sur la zone de France la plus active sur le plan sismique. L'activité y est même permanente même si les mouvements ne sont pas toujours perceptibles par l'homme.http://fr.wikipedia.org/wiki/ArettePour la petite histoire, HS, la commune voisine d'Aramits est celle qui a donné son nom à l'Aramis des 3 mousquetaires.

Myriam 18/05/2008 10:02

En 1967, je me souviens d'être sortie dans la rue aux environs de 23h réveillée par une forte secousse qui a détruit une partie du village pyrénéen d'Arête. Mais on a tous oublié! et on construit comme on veut ou presque...

Baiya :0091: 18/05/2008 10:44


Je viens d'entendre sur Europe 1 qu'il y a eu un tremblement de terre, magnitude 4 dans la région de Tarbes? La femme de mon cousin des Pyrénées a accouché
précipitamment un jour de tremblement de terre dans la région (Arrens-Marsous).


kiji 18/05/2008 01:01

En effet, malheureusement ce type de catastrophe nous rappelle toujours qu'au Japon la vulnérabilité sysmique est bien existante. De là à passer de 75,2% sur Aichi-ken à 97,2% sur Nagoya intra muros ça me semble beaucoup dans le sens où d'une part j'aimerai connaitre ce qui justifie une telle différence et d'autre part 97,2% est presque assimilable à de l'invulnérabilité. J'ai toujours en mémoire le dramatique événement de Kobe (Hanshi daishinsai de magnétude 7,2, 6424 morts) du 17 janvier 1997 à la suite duquel la vulnérabilité de bien des infrastructures et bâtiments fut démontré. Ce fut une réelle surprise car nous étions bien loin de la réputation japonaise en matière de contrauction antisysmiques. Certes la nature de sous sol propice à une vitesse de propagation fulgurante des ondes de choc + secousses verticales tres destructices et pour lesquelles les structures antisysmiques de l'époque résistaient mal, "expliquaient" de tels dégats mais la réputation de Kobé comme zone "moins sysmique" et la presque arrogance des pouvoirs publics face à la puissance de la nature avant le seisme me laisse encore aujourd'hui perplexe. Alors bien sûr nous sommes en 2008, les technos ont évolué, peut être y a t il moins de pots de vin dans le BTP qu'à l'époque (cf. les pb de mauvaise qualité de sbétons et armatures métal de Kobe avant 1997) ce qui peut expliquer ces chiffres. A voir... Espérons que nous n'aurons pas à vivre une telle catastrophe!ps: bon il se fait tard! hop au dodo

Baiya 18/05/2008 08:49


Le problème vient de la gestion indépendante des différentes municipalités (jichitai) qui n'ont pas forcément de fonds à disposition pour reconstruire les bâtiments
scolaires, ce qui est fait dans Nagoya même. Par exemple, le collège public de notre quartier, qui accepte la population scolaire de trois écoles élémentaires,  a été entièrement reconstruit
(comme les établissements possèdent une aire de sports étendue, on a mis des bâtiments en préfabriqué pour les enfants et leurs cours) et le collège-lycée privé de mes filles également (enfin dans
ce cas précis la partie la plus ancienne....sur trois ans et grâce en particulier à des dons venus des parents).
La ville la moins bien notée sur Aichi-ken est celle d'Iwakura avec seulement 22,7% des bâtiments scolaires aux normes!
Avant Kobe, le gouvernement japonais n'aurait jamais douté un seul instant de la solidité des infrastructures, maintenant il demande ce genre d'enquête...c'est un progrès, mais cela ne suffira pas
dans le cas d'un tremblement de terre de magnitude supérieure à 7......en particulier en ce qui concerne les centrales nucléaires.