Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

De passage...

Bonjour!

Bienvenue sur ce blogue dans lequel je vous propose des coups d'oeil éclectiques, au fil de mes humeurs et de mes occupations, des vignettes sur la société japonaise, une incitation au voyage virtuel, j'espère, mais aussi un outil d'adaptation pour ceux qui franchissent le pas et viennent nous retrouver ... à Nagoya!

 

 

Retour à la page d'accueil

23 mars 2008 7 23 /03 /mars /2008 14:14

 

Je vous avais parlé de la place médiatique qu'a pris le terme "metabo" ici au Japon avec la décision du gouvernement de faire passer un test de détection de l'obésité à toutes les personnes de plus de 40 ans et en particulier d'utiliser à cette fin les visites médicales obligatoires sur les lieux de travail, complétées par une panoplie de mesures au niveau des collectivités locales.
Dans l'hebdomadaire grand public "AERA"  (qui serait l'équivalent de L'Express en France...) de cette semaine, un article présente les résultats de plusieurs études menées au Japon, aux USA et en Grande Bretagne qui tendraient à prouver que les compagnons de femmes présentant des signes de surpoids seraient eux-mêmes plus concernés par le problème....et pas seulement les maris et concubins!!!!!!! mais les animaux domestiques également.

Il faut bien noter que l'équation fonctionne dans ce sens: femmes ----> personnes ou bêtes partageant leur vie et donc leurs habitudes alimentaires et non pas le contraire.
"Chercher la femme" comme disent dans notre langue nos amis anglophones....

Pour calculer son indice de masse corporelle ou  BMI, il suffit de diviser son poids en kilogrammes par le carré de sa taille en mètres. Si le chiffre obtenu se situe entre 18 et 24, pas de raison de s'inquièter. Un surpoids est diagnostiqué à partir de 25 et à 30, on parle d'obésité.

Une des enquête a été menée sur 922 couples au Japon. Selon les résultats, les maris des femmes dont le BMI dépassait 25 avaient tous des taux de cholestérol, de pression artérielle etc... plus élevés que la moyenne alors que le contraire n'était pas forcément vrai.
En Grande-Bretagne, une enquête réalisée auprès de 8300 couples a permis de découvrir qu'il existait une certaine forme de "mimétisme", dû évidemment au partage des mêmes conditions de vie, qui faisait que dans les couples il y avait des tendances à partager les mêmes "maux", allant du taux de cholestérol élevé, de la pression artérielle au-dessus de la moyenne, même la dépression nerveuse.
Une compagnie d'assurance japonaise spécialisée dans les animaux domestiques a également mis en lumière que ceux-ci avaient tendance à adopter les caractéristiques physiques de leurs maîtres; sur 1088 réponses apportées à un de leur sondage, 80% des propriétaires d'animaux se disaient inquiets du surpoids de leur animal et 73% avouaient avoir des complexes quant à leur propre physique et leur poids.

Partager cet article

Repost 0

commentaires