Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

De passage...

Bonjour!

Bienvenue sur ce blogue dans lequel je vous propose des coups d'oeil éclectiques, au fil de mes humeurs et de mes occupations, des vignettes sur la société japonaise, une incitation au voyage virtuel, j'espère, mais aussi un outil d'adaptation pour ceux qui franchissent le pas et viennent nous retrouver ... à Nagoya!

 

 

Retour à la page d'accueil

24 octobre 2007 3 24 /10 /octobre /2007 13:05
Après la visite matinale au sanctuaire, les enfants ramènent leurs lions et autels et font un tour du quartier en tapant sur des tambours et en faisant sonner des clochettes. Puis c'est au tour des garçons d'une dizaine d'années et de certains hommes délégués  de se costumer en soldats d'époque pour participer à un cérémonial qui inclut une séance de tir dans un lieu désigné et sous le regard vigilant de gardes.

kodomokai-11.jpg

kodomokai-13.jpg

kodomokai-14.jpg


Les hommes et jeunes garçons une fois rassemblés se dirigent à nouveau vers le sanctuaire où ont lieu des joutes entre différentes équipes, commençant par des combats entre enfants pour culminer dans des compétitions acharnées et armées entre hommes aguerris.

omori-jinja-18.jpg

omori-jinja-9.jpg

omori-jinja-10.jpg

omori-jinja-7.jpg

omori-jinja-8.jpg

Avant chaque combat, un officiant projette une poignée de sel protecteur sur le terrain et à la fin de chaque combat, on ramasse les petites enveloppes lancées par des spectateurs appréciatifs.

omori-jinja-12.jpg
omori-jinja-13.jpgomori-jinja-14.jpgomori-jinja-15.jpgomori-jinja-16.jpgomori-jinja-17.jpg


Mais le clou de la journée est en fait la cérémonie autour de la conjuration du mauvais sort concernant les hommes qui sont dans leur 41ème année. A différents âges de la vie hommes et femmes abordent des périodes de "yaku-doshi" qui couvrent trois années, celle du milieu étan la plus intensément dangereuse et pour les hommes, leur 41ème anniversaire est la période de tous les dangers. Le festival de notre sanctuaire organise donc l'après-midi (et uniquement pour les hommes) un lancer de mochi par les hommes qui ont pour l'occasion payé une offrande au sanctuaire et revêtu par-dessus leurs costumes-cravates, une courte veste blanche ornée au dos du caractère "yaku".
 
omori-jinja-19.jpg
En montant sur une estrade à cet effet et en projetant les gâteaux de riz glutineux blancs et roses dans la foule, les participants se débarassent ainsi du mauvais sort qui pourrait leur rendre la vie dure.

omori-jinja-21.jpgomori-jinja-20.jpgomori-jinja-24.jpg

Les hommes mettent toute leur énergie à lancer leurs projectiles en direction d'une foule extrêmement réceptive.
omori-jinja-22.jpg

Se recevoir un mochi sur n'importe quelle partie du coprs est vraiment douloureux mais certains sont des pros de la réception (voir le filet à papillon dans la foule...).

omori-jinja-23.jpg

Et voilà le travail!!!!!!!!!!!! Monsieur ramène son butin à Madame qui ne s'est pas risquée au milieu de la foule en folie.....

omori-jinja-25.jpg



Partager cet article

Repost 0

commentaires

BOULLET christine 26/10/2007 17:48

Bonsoir,c'est interessant cet article, je savais qu'il y avait des zoris au féminin mais je ne savais pas que les hommes en avaient ou j'ai oublié...d'ou vient l'origine de ce genre de chaussures en temps de pluie cela ne doit pas être confortable bien sur cet un avis d'eropéenne car l'été j'ai du mal à en trouver des confortables pour bien marcher!!!!Pas mal la technique du filet à papillons...Bonne soiréechristine boullet

Baiya 27/10/2007 13:48

Merci Christine! Les sandales en paille tressée était encore utilisées par les paysans il n'y a pas lontemps, mais plus maintenant, sauf en partie de costumes d'époque; il y en avait encore dans la vieille mason familiale de mon mari quand je suis venue pour la première fois au Japon il y a environ 20 ans, confectionnées par sa grand-mère. J'en avais d'ailleurs pris une paire. Ce n'est pas si inconfortable que cela, la semelle est assez épaisse. Cela fait partie d'une panoplie qui comporte un chapeau pointu style chinois, aux pans qui tombent droits sur les yeux pour se protéger des éléments) et une cape en paille, elle aussi pour se protéger de la pluie et du froid. On en voit dans les vieux films et en général elles décorent les vieilles maisons paysannes reconverties en auberges.

Mimisan 24/10/2007 17:26

Excellent, cet article; et il y a de très bonnes photos.J'aime bien ton fond. Je me demande si tu l'as trouvé sur un des sites japonais que j'utilise,c'est bien l egenre;  ou sur un autre?...Bone journée.

Shizuka 24/10/2007 15:15

Ça semble être très élaboré ce matsuri, avec tous ces costumes, ce doit être un sanctuaire assez important, et pas seulement un petit sanctuaire de quartier!Ici aussi on a la fête du sanctuaire de quartier, dont le dieu tutélaire est paraît-il une déesse, d'ailleurs les 2 officiants principaux sont des femmes, c'est assez rare je pense. Mais on n'a pas de costumes aussi compliqués, ni de danses comme chez vous, c'est vraiment la petite fête campagnarde de quartier.